crudivorisme

Crudivorisme bon pour la santé ?


Crudivorisme

Il s’agit d’un mode alimentaire basé essentiellement sur la consommation de fruits et légumes crus, parfois même de viandes.
La principale motivation d’adopter le crudivorisme réside dans ses avantages supposés en termes de santé. Cette pratique est toutefois déconseillée pour les enfants.

Différentes approches du crudivorisme

Les crudivores peuvent être végétaliens, végétariens ou adopter un régime omnivore. Les crudi-végétaliens peuvent être granivores frugivores ou liquidariens.

Certains crudivores s’attachent à préparer des plats très élaborés dans ce qui est parfois appelé la « crusine », tandis que d’autres, qui ne font subir aucune transformation à la nourriture conformément aux principes de l’instinctothérapie, sont parfois appelés « instinctos ».

Motivations pour le crudivorisme

Le passage au crudivorisme provient de différentes causes, la première étant l’abandon de la viande pour plusieurs raisons : éthiques, philosophiques, religieuses.
Le végétarisme pousse à s’intéresser au crudivorisme

Le choix d’une alimentation crue est motivé par l’idée que cette pratique serait plus bénéfique à la santé que la consommation d’aliments cuits.

Cette idée repose sur quelques faits établis à propos des effets de la cuisson des aliments, mais aussi et avant tout sur des études réalisées pendant la première moitié du XXe siècle, qui n’ont pas été validées depuis par de nouveaux travaux de recherche en matière de nutrition.

Principaux effets de la cuisson des aliments

La cuisson des aliments est récente, elle remonte à 10.000 ans environs, elle a permis de rendre comestibles de nombreux végétaux mais elle a aussi des effets toxiques.

On peut se poser la question : Si la cuisson est nocive, comment se fait-il qu’elle soit si rependue sur toute la planète ? Les anciens étaient pourtant bien plus sages que nous, quels avantages énormes ont-ils pu trouver à la cuisson ? La question reste ouverte… »crudivorisme ou not le crudivorisme ? »

La cuisson de certains aliments a des effets positifs comme une meilleure assimilation de certains nutriments (les protéines animales et végétales, les glucides complexes des céréales et l’amidon des pommes de terre), la destruction d’éléments allergènes,

Une cuisson longue ou à haute température détruit certains nutriments utiles, notamment certaines vitamines comme la vitamine C, et d’autres substances antioxydantes, comme les isothiocyanates qui jouent un rôle dans la prévention des cancers.

Cette destruction n’est toutefois que partielle dans le cas d’une cuisson normale, si bien que de nombreux aliments cuits restent une source appréciable de vitamine C et d’antioxydants.

Par ailleurs, la cuisson à haute température des viandes entraine l’apparition de substances cancérigènes.

Enzymes (travaux de Edward Howell)

Un aliment est composé de vitamines, de minéraux, de protéines, de glucides et de lipides, mais aussi d’enzymes qui selon les adeptes de l’alimentation crue permettraient à l’organisme de mieux le digérer et l’assimiler. Or, la cuisson peut dénaturer ces enzymes. Selon le Docteur Edward Howell, le système digestif est alors obligé d’emprunter les enzymes du métabolisme général pour parvenir à digérer les aliments cuits.

Leucocytose (travaux de Paul Kouchakoff)

Dans les années 1930 à l’Institut de Chimie clinique de Lausanne, Paul Kouchakoff entreprend une recherche qui laisse supposer que le corps reconnaitrait les aliments cuits comme étant des envahisseurs nocifs et qu’il ferait de son mieux pour essayer de les éliminer. En termes simples, des globules blancs (les leucocytes) se précipiteraient vers le lieu de l’invasion (les intestins) dès que la nourriture pénètre dans la bouche. Le phénomène s’appelle leucocytose digestive. Kouchakoff aurait découvert que, lorsque la nourriture était consommée crue, la leucocytose digestive ne se produisait pas. La quantité de globules blancs dans le système sanguin n’augmenterait pas lorsque l’on mange de la nourriture crue. Les aliments cuits et transformés, au contraire, déclencheraient à coup sûr une mobilisation des globules blancs. La leucocytose ne se produirait pas si les aliments crus sont ingérés avant les aliments cuits.

Autres analyses et avis

Arnold Ehret (professeur de dessin allemand mort en 1922) estime qu’« une mauvaise cuisson détruit la valeur thérapique des bons aliments, et peut même les faire devenir mauvais ». Selon lui, « le principal avantage de l’ingestion de végétaux crus vient de ce que leurs fibres cellulosiques indigestibles atténuent la constipation en produisant dans les intestins l’effet d’un balai à mucus idéal ».

Effets sur la santé

L’Association américaine de diététique et les diététistes du Canada (en) déconseillent le régime crudivore pour les enfants, car il est associé à des troubles de la croissance.

L’instinctothérapie

Cas très particulier de cette approche qui a décrié la chronique dans les années 80.

L’instinctothérapie est une pratique alimentaire crudivore fondée en 1964 par le suisse Guy-Claude Burger sur l’hypothèse d’une adaptation génétique incomplète aux modifications subies par l’alimentation humaine depuis la Préhistoire.

Cette approche définit une méthode d’alimentation consistant notamment à éviter les artifices susceptibles d’altérer l’odeur, le goût ou la consistance des aliments naturels, « de manière à laisser l’instinct alimentaire réguler spontanément l’équilibre nutritionnel et à garantir le fonctionnement correct du métabolisme. »

Dans la pratique, les repas sont constitués d’aliments « originels », c’est-à-dire crus et non assaisonnés ni mélangés, choisis et dosés suivant les variations des perceptions de l’odorat, du goût et de la réplétion. La règle principale est celle du plaisir, l’aliment le meilleur à l’état naturel étant censé apporter les éléments les mieux adaptés aux besoins de l’organisme.

Sont exclus le lait animal et certaines céréales, considérés comme trop récents dans l’histoire de l’alimentation pour avoir donné lieu à une adaptation génétique suffisante.

L’absence de réactions chimiques culinaires devrait par ailleurs éviter la pénétration et l’accumulation de molécules dénaturées susceptibles de favoriser diverses pathologies.

Ces théories sont très controversées et généralement remises en cause car « Il n’existe pas d’études cliniques sur l’instinctothérapie, la théorie de Burger est fondée sur ses expériences personnelles invérifiables ».

Comme cela se passait-il ?

Les repas chez Guy-Claude Burger avaient une allure assez étonnante, on y voyait de grandes tables couvertes de toutes sortes d’aliments allant des plus connus aux plus étranges et tous crus, parfois hors d’âge.

Les convives reniflaient à grand bruit les aliments, cherchant à remettre en fonctionnement leur instinct animal afin de trouver l’aliment le plus adapté au moment.

Ce qu’il faut en retenir

On pourrait se contenter de ricaner ou de mettre en doute cette méthode, mais je pense que « retravailler l’instinct » qui est si endormi chez l’homme moderne mérite réflexion. On peut rêver à une alimentation guidée par une intelligence subtile qui nous éviterait bien des déboires, sens que nos anciens avaient certainement !

Diète liquide à base de jus de fruits et de légumes frais

C’est la nouvelle cure détox à la mode. Les naturopathes la prescrivent à tour de bras, alors que les médecins sont plus prudents..

La détox, une  mode ?

Les régimes détox  sont hyper présents dans les magazines spécialisés et dans toutes les bonnes émissions de télé. Le régime à la mode aux  USA est à base de jus de fruits et de légumes frais.

Le concept de détox date pourtant du 19 ème siècle. L’accumulation de toxines dans le corps serait la cause d’un grand nombre de maladies. Détoxiquer l’organisme contribuerait alors à retrouver forme, santé et bien-être. De nos jours, certains cherchent même à atteindre une certaine forme de pureté mystique au travers la détoxication.

La cure de jus frais

Il s’agit de consommer tout au long de la journée des extraits de fruits et de légumes en remplacement de toute autre nourriture.
Ces jus sont extraits à froid à l’aide d’extracteurs de jus qui consomment des quantités impressionnants de fruits et légumes frais en produisant une quantité imposante de déchets

Ces cures détox, sont-elles bénéfiques pour la santé ?

Les naturopathes plébiscitent les cures détox et les prescrivent aux changements de saison afin d’éliminer les toxines accumulées.

Le corps médical ne partage pas cet avis car l’organisme se détoxique très bien tout seul grâce, entre autres, au foie et aux reins à condition qu’ils soient en état de le faire. Même scepticisme du côté des nutritionnistes, qui mettent en garde contre les effets secondaires dangereux de ce type de diète liquide. Elles peuvent entraîner de nombreuses carences.

Conclusions

Toutes les mono diètes ont un effet spectaculaire à court terme et cela peut sembler miraculeux. Mais notre organisme est très complexe et nous commençons seulement à découvrir un petit peu ses mystères. gardons-nous des croyances et des miracles …

Pour certaines personnes, l’effet sera salutaire, pour d’autre, ce sera nocif.

Comme pour toutes choses, il convient de raison garder, ne pas plonger dans l’excès et la bigoterie, voire le sectarisme. Une cure de jus de fruits ou de légumes pourra vous faire du bien mais un usage intensif et sur le long terme semble contraire au bon sens et la nature. Comme toujours, prenez un avis médical sérieux, il y a des médecins et des pharmaciens ouverts et compétents qui sauront vous guider.

De même pour le crudivorisme, il faut essayer de faire la part des choses et de tenter de privilégier le ressenti au plus profond de Soi, plutôt que de céder à une mode passagère et commerciale alléchante.


A propos de Francis Sigrist

Depuis le début des années 2000, Francis Sigrist intervient en entreprise sous forme de stages dans le domaine de la "Santé des managers", plus précisément dans la gestion du stress et des émotions. La Méthode OAKI est le fruit de ses propres recherches depuis plus de 40 ans.